Quels sont les sites les plus fréquentés par les plongeurs utilisateurs de BioObs ? Cette série d’articles présentera les sites ayant fait l’objet du plus grand nombre de relevés par façade maritime métropolitaine à la date du 01/02/2018. Elle sera poursuivie au fil de l’eau par des présentations des sites de toutes les zones BioObs choisis pour leur intérêt biologique ou simplement pour l’attrait qu’ils exercent chez les plongeurs qui les fréquentent.

Ce premier article passe en revue le palmarès des sites de la zone Manche – Mer du Nord avec le nombre de relevés par site :

  1. Bassin de la Barre (port du Havre) : 25
  2. Cale de Jouvente (Pleurtuit, sur la Rance maritime) : 19
  3. La Conchée (Chausey) : 17
  4. Longue-Ile SE (Chausey) : 12
  5. Port d’Omonville la Rogue : 11

Suivent ensuite en 6ème position ex-aequo la Forme IV à Dunkerque, Ar Veskleg et le plateau des Triagoz à Trébeurden. L’influence des stages et plongées bio apparait très clairement dans ce « top 5 » avec 3 sites accessibles du bord et dont la biodiversité fait l’objet d’un suivi régulier pour trois d’entre eux.

Le bassin de la Barre au Havre est un lieu très prisé pour les formations bio compte tenu de sa facilité d’accès et de sa faune particulière. Parmi les spécificités de ce bassin où sont recensées 94 espèces, on remarque l’abondance de l’éponge subérite massive Suberites massa qui prend ici une forme spectaculaire et vivement colorée, ainsi que la présence de nombreuses espèces exotiques qui pourraient constituer ici des populations invasives « têtes de pont ».

Photo 1 : Eponge subérite massive Suberites massa dans le bassin de la Barre au Havre.

 

La cale de Jouvente sur la Rance est également très prisée pour les formations bios ou comme plongée de repli en cas de mauvais temps. Sa faune et de sa flore très diversifiées en font une plongée très appréciée. Parmi les 161 espèces recensées, la crevette des anémones Periclimenes sagittifer est abondante ici, et il est parfois observé des juvéniles de sar commun lors des plongées d’hiver, ce qui en fait un des points les plus au nord de la répartition de cette espèce le long des côtes françaises.

 

Photo 2: Crevette des anémones Periclimenes sagittifer, cale de Jouvente dans la Rance.

 

Les sites de la Conchée et de Longue-Ile SE à Chausey font l’objet d’un suivi régulier dans le cadre du programme de sciences participatives MarinObs mis en place par le Syndicat Mixte de l’Environnement Littoral de la Manche qui gère l’archipel et sa réserve naturelle. La variété des habitats présents sur ces deux sites (milieux rocheux, sédimentaires, herbiers) ont justifié ce choix. Respectivement 177 et 158 espèces sont recensées dans la base BioObs sur ces deux sites.

La partie sud du port d’Omonville la Rogue dans le nord Cotentin est régulièrement fréquentée par les clubs de la région pour des sorties « premières bulles » en raison de sa faible profondeur et de sa facilité d’accès. Il présente une flore algale particulièrement riche au sein de laquelle on pourra observer entre autres lièvres de mer, araignées et poissons côtiers. 91 espèces y sont recensées à ce jour.

Deux de ces sites sont signalés dans BioObs par un drapeau orange « site sensible ». A Longue-Ile SE, l’attention des plongeurs est ainsi attirée sur la présence de cavités tapissées du corail jaune solitaire Leptopsammia pruvoti, espèce sensible aux contacts et aux bulles lâchées par les plongeurs. La plongée dans le bassin de la Barre est quant à elle réglementée, une autorisation préalable des autorités portuaires est obligatoire avant toute immersion.

Photo 3 : corail jaune solitaire Leptopsammia pruvoti dans une cavité à Longue-Ile sud-est (Chausey)