Petite ascidie microcosme - Microcosmus squamiger | BioObs
Fiche espèce – Page 2474 – BioObs

Fiche espèce

Petite ascidie microcosme

Microcosmus squamiger

Petite ascidie microcosme - Microcosmus squamiger - fiches descriptives IUCN - BioObs Auteur : fiches descriptives IUCN

Description

Données issues de l'IUCN: http://www.iucn-medmis.org/?c=Guide/specie/30 L'espèce Microcosmus squamiger est une ascidie solitaire (non coloniale) pouvant mesurer 4 cm de haut et ressemblant à un tube globulaire muni de deux courtes ouvertures (siphons) en haut. Elle se fixe sur les substrats durs à l'aide d'une tige. Lorsque les individus se contractent (par exemple, lorsqu'on les touche), les siphons se cachent. La surface du corps (tunique) est ridée et d'un brun tanné ou rougeâtre ; d'autres organismes (comme les algues) se développent ou s'encroûtent fréquemment à sa surface. En interne, la tunique est plus lisse et de couleur violette Données issues de l'IUCN: http://www.iucn-medmis.org/?c=Guide/specie/30 L'espèce Microcosmus squamiger est une ascidie solitaire (non coloniale) pouvant mesurer 4 cm de haut et ressemblant à un tube globulaire muni de deux courtes ouvertures (siphons) en haut. Elle se fixe sur les substrats durs à l'aide d'une tige. Lorsque les individus se contractent (par exemple, lorsqu'on les touche), les siphons se cachent. La surface du corps (tunique) est ridée et d'un brun tanné ou rougeâtre ; d'autres organismes (comme les algues) se développent ou s'encroûtent fréquemment à sa surface. En interne, la tunique est plus lisse et de couleur violette

Confusions possibles

La Microcosmus squamiger peut être confondue avec la Microcosmus exasperatus qui est très similaire et également exotique. Ces espèces se distinguent par certaines caractéristiques internes, comme la forme de leurs épines siphonales, qui, chez la M. squamiger sont courtes et ressemblent à des ongles, tandis que chez la M. exasperatus elles sont pointues et plus longues.

Biotope / Habitat

L'espèce Microcosmus squamiger est présente en mer Méditerranée dans les habitats rocheux peu profonds du littoral, en particulier dans les marinas, les ports et les installations aquacoles, où elle forme des agrégats denses pouvant compter plus de 2 000 individus par mètre carré. Elle peut aussi se propager localement et coloniser les habitats rocheux naturels situés à proximité

Distribution

La M. squamiger est originaire du sud-est de l'Australie et est aujourd'hui présente dans les eaux tempérées du monde entier. Cette espèce a été enregistrée pour la première fois en Mer Méditerranée dans les années 1960 (sous le nom M. exasperatus) et est aujourd'hui très courante dans l'ouest de la Méditerranée, au Maroc, en Tunisie, en Espagne (dont Ceuta et les Baléares), en France (dont la Corse), en mer Tyrrhénienne (côte italienne) et à Malte. Compte tenu de sa présence dans les ports, les marinas et les fermes aquacoles, on suppose que son introduction a eu lieu par les eaux de ballast des navires de transport, par encrassement de la coque des navires et des bateaux de plaisance, et par l'intermédiaire de l'aquaculture.

Les zones géographiques (BioObs)

Critère remarquable

Remarquable

Espèce remarquable

La M. squamiger peut former des agrégats denses (pouvant compter entre 500 et 2 300 individus par mètre carré) dans la zone subtidale peu profonde, tapissant de manière compacte les zones rocheuses et devenant un organisme important en termes de formation de structures, qui colonise tous les substrats disponibles et altère les communautés autochtones locales. Elle est présente sur les substrats durs naturels et artificiels, au sein et à proximité des ports et des marinas.

Le type d'observation