Les sites les plus renseignés se situent dans le Golfe d’Ajaccio, mais c’est aussi là que des plongeurs remplissent BioObs ! Cela peut donner l’illusion que c’est le seul endroit « plongeable » de Corse du Sud, aussi voici la carte des autres plongées signalées, à moindre degré, sur le pourtour de la Corse-du-Sud.

Les sites BioObs de la Corse-du-Sud

Le palmarès des sites BioObs

Pour ce palmarès, dans l’ordre des plongées BioObs :

  1. A Campanina : 38 relevés,
  2. Tête de mort (écueil de la Fontaine) : 38 relevés,
  3. I Setti Navi : 18 relevés,
  4. I Scuglietti : 13 relevés,
  5. A Guardiola : 11 relevés,
  6. Les 3 frères : 11 relevés .

Considéré par Joseph Bonaparte comme étant un des plus beaux du monde, le golfe d’Ajaccio offre des possibilités de plonger tout au long de l’année, sa forme le protège des grands coups de vent qui peuvent empêcher les sorties sur des zones plus au Sud ou à l’Est.

On trouve un relief principalement rocheux d’origine granitique avec peu de coralligène, même si les algues rouges caractéristiques de ce biotope sont présentes.

Les failles, un habitat à ne pas manquer

A Campanina

A Campanina se situe côté rive sud du golfe autour de la balise du même nom. C’est un ensemble de roches parcourues de failles qui permettent une plongée dans la zone des 20 m comme à 40 m. Ce site permet en général une bonne observation des mérous, peu farouches, ainsi que des dentis et des barracudas. Les failles sont largement colonisées par les murènes mais également par les dromies. Vous pourrez aussi observer de nombreux bryozoaires encroûtants mais également dressés comme la Dentelle de Neptune. Les clavelines bleutées de Méditerranée sont très nombreuses, par contre vous aurez du mal à observer Clavelina lepadiformis, peu présente dans le golfe.

Le site de la Tête de mort se situe également côté rive sud du golfe. Ce site est composé de 6-8 têtes de roche disposées, vue de haut, en forme de fer à cheval. Un plateau à 3 m de profondeur et à 6 m de profondeur permet d’y faire les baptêmes s’il n’y a pas trop de houle et de rencontrer les barracudas et les dentis qui chassent à proximité des plongeurs. Des Hydraires plumes ont colonisé la première tête (qui affleure la surface). Les failles dans les roches permettent d’observer de nombreuses crevettes ainsi que les petites cigales. Sur une des roches plus au nord, on peut trouver une belle diazone (une ascidie) et également un Umbraculum (un mollusque) qui se promène par là. Alicia mirabilis a également été vue sur ce site dans la zone de sable du côté du tombant plongeant entre les gorgones pourpres vers le fond de sable (40 m). Un peu plus à l’ouest on aura la chance de trouver de beaux oursins diadèmes. Les doris dalmatiens sont très souvent observés sur ce site. Dans le cadre d’une formation PB1, vous êtes sûr de rencontrer tous les embranchements !

Diazone et ombrelle

A Guardiola

Afin d’équilibrer les informations de part et d’autre du golfe, je terminerai avec A Guardiola, site en cinquième position certes, mais très fréquenté et peu renseigné sur BioObs. Il se situe côté rive ajaccienne autour de la balise du même nom et permet de faire plonger tous les niveaux.Des roches plates permettent les observations pour les baptêmes mais également de se régaler au palier après une balade sur le tombant au Sud glissant sur 45 m.

On pourra avoir la surprise de rencontrer des comatules sur les roches remontant à 10-15 m, la grande cigale de mer ou bien d’y observer des ciones jaunes et de nombreuses clavelines naines. Préférez un mouillage côté Est car de l’autre côté de la balise, la Caulerpa cylindracea est présente et il vaut mieux ne pas trop l’aider à se propager en l’arrachant. Une zone d’herbier côté littoral permet de passer un bon moment avec un banc de barracudas qui, si le cœur lui en dit, se mettra à tourner en rond autour de votre palanquée : le bonheur est assuré !

 

Et le Réseau Alien Corse ?

Lors de vos plongées, lorsque vous rencontrez une espèce non native de Méditerranée, vous pouvez la signalez au Réseau Alien Corse (RAC).

La caulerpe cylindracée et l’algue chevelue rouge, de l’exotisme envahissant…

Pour connaitre la liste des espèces et le fonctionnement du réseau, cliquez ici http://www.ffessm-corse.com/reseau-alien-corse puis « espèces à signaler ». Vous y trouverez la fiche pour signaler votre rencontre ALIEN.

Un autre moyen consiste à utiliser BioObs : si vous signalez dans votre relevé, par exemple l’algue chevelue rouge (Asparagopsis taxiformis) ou bien la caulerpe cylindracée (Caulerpa cylindracea), toutes les deux présentes dans le golfe, l’équipe corse de BioObs fait suivre votre observation à l’équipe de l’université de Corte qui est en charge de la mise à jour des observations d’espèces exotiques marines en Corse.

BioObs vous permet également de prendre connaissance des 25 fiches des espèces sélectionnées : « Bilan des observations » puis « Espèces remarquables » puis filtrer sur « Réseau-ALIEN Corse » :

Comment signaler un alien au Réseau Alien Corse et comment connaître ces espèces via BioObs ?

Merci d’avance pour vos futurs signalements via BioObs et/ou le Réseau Alien Corse, en rappelant que les photographies associées à chaque relevé sont importantes pour les équipes de BioObs et le Réseau Alien Corse.

Karine LERISSEL (équipe BioObs).