Halophile stipulée - Halophila stipulacea | BioObs
Fiche espèce – BioObs

Fiche espèce

Halophile stipulée

Halophila stipulacea

Végétaux

Plantes à fleurs

Plantes subaquatiques

Description

Cette zostère marine euryhaline est constituée de fins rhizomes rampants (0,5-2 mm d'épaisseur) à partir desquels de minces feuilles apparaissent à intervalles réguliers. Les feuilles ont des bords dentelés et mesurent 3-6 cm de long et 2,5-8 mm de large. Les rhizomes sont fixés au sable par des racines partant de chaque noeud.

Confusions possibles

Les espèces de zostères originaires de la mer Méditerranée (Posidonia oceanica, Cymodocea nodosa, Zostera noltii et Z. marina) sont caractérisées par des feuilles plus longues disposées en groupes (et non en paires), les feuilles plus anciennes se situant à l'extérieur. La Caulerpa prolifera est une algue verte autochtone munie de limbes vert foncé et de forme ovale, mesurant environ 1,5-2,5 cm de large et 6-15 cm de long. Les feuilles de cette espèce se développent à partir de quelques stolons robustes, en émergeant perpendiculairement selon des intervalles de 1-2 cm ; elles sont en général ovales ou allongées linéairement avec des bords lisses. La C. prolifera se distingue de l'H. stipulacea par son absence de nervure proéminente sur la longueur des feuilles. L'herbe à tortue, Thalassia testudinum, se distingue par l'absence de nervures sur la feuille.

Biotope / Habitat

Dans son aire de distribution d'origine, l'Halophila stipulacea se développe dans différents types de conditions environnementales et sur divers substrats côtiers. Toutefois, la distribution écologique de cette espèce dans l'est de la Méditerranée est beaucoup moins importante et se limite uniquement aux substrats meubles (sable et vase). Elle peut être observée en train de former des prairies mono-spécifiques ou mixtes avec une herbier autochtone, la Cymodocea nodosa. Dans les Caraïbes, elle entre en concurrence avec l'herbe à tortue, Thalassia testudinum.

Distribution

Originaire de l'océan Indien, l'H. stipulacea a pénétré en Méditerranée à partir de la mer Rouge suite à l'ouverture du canal de Suez en 1869. Des fragments transportés par des bateaux de pêche grecs sont probablement à l'origine des populations de la mer Égée qui se sont ensuite propagées par le transport maritime. Plante également invasive dans les caraïbes.

Les zones géographiques (BioObs)

Le statut

Remarquable

Espèce INVASIVE en Méditerranée et dans les Caraïbes. En Méditerranée, des études suggèrent que l'H. stipulacea est capable de déplacer des zostères autochtones comme la Posidonia oceanica et la Cymodocea nodosa ainsi que leurs communautés associées. Des recherches complémentaires sont nécessaires pour confirmer cela et fournir des précisions sur l'ampleur de ces interactions. Les herbiers de H. stipulacea s'étendent rapidement et supportent différents types de conditions environnementales, représentant un danger potentiel pour la biodiversité locale et régionale. Cette espèce figure parmi les 100 espèces exotiques les plus envahissantes en Méditerranée.

Le type d'observation


Les sources

• Ref.: Otero M.,Cebrian E., Francour P., Galil B., Savini D., 2013. Surveillance des espèces envahissantes marines dans les Aires Marines Protégées (AMP) méditerranéennes : guide pratique et stratégique à l'attention des gestionnaires. IUCN.136 pages

Historique des modifications

• Création : L'équipe BioObs
• Modification : Laurent Colombet le 20/12/2019 • Modification : Eric Nozérac le 02/01/2020


Un commentaire ou une erreur sur cette fiche espèce : Cliquer ici !